Anne-Cécile Vandalem (1979 – Belgique) est actrice, autrice et metteuse en scène de théâtre au sein de Das Fräulein Kompanie.

En 2012, elle élabore le projet After The Walls (UTOPIA/DYSTOPIA). Fiction d’anticipation ayant pour thématique la relation de l’homme à son habitat, ce projet est scindé en deux parties – UTOPIA et DYSTOPIA – reliées par un temps non théâtral se déroulant sur une plateforme web.

 

 

 

UTOPIA est une conférence fictive, célébration théâtrale, au cours de laquelle un architecte, Bernard Loizeau, expose ses visions de l’avenir au travers du concept de la Tabula rasa.

DYSTOPIA devait être une fiction théâtrale se déroulant dix ans après la première conférence de Bernard Loizeau. DYSTOPIA devait faire le constat d’un échec et replacer l’homme/architecte dans le contexte d’une impuissance face au devenir de sa création : l’impossibilité de prédire la façon dont celle-ci sera réellement mise en pratique.

En 2013, alors que UTOPIA est créé au théâtre et qu’ Anne-Cécile Vandalem achève la première phase de conception du projet DYSTOPIA, une suite d’évenements inattendus mènent à l’effondrement du projet After The Walls (UTOPIA/DYSTOPIA) .

Juin 2013, le projet ayant disparu, la création théâtrale de DYSTOPIA est officiellement annulée.

Rapidement une hypothèse s’empare de l’artiste : cet effondrement serait-il le résultat de la tabula rasa traitée dans UTOPIA ? La fiction serait-elle en train de rejoindre la réalité, de la dépasser allègrement, avec grandiose ?

Et Anne-Cécile de pousser plus loin l’hypothèse : et si la disparition de DYSTOPIA et l’effectivité de la tabula rasa étaient la preuve de la réalistaion de la dystopie ?

Le projet UTOPIA a bel et bien engendré un appel à la destruction réelle. Le pire et le mieux qu’on pouvait attendre de UTOPIA était de créer ce résultat : la dissolution effective et la disparition de DYSTOPIA.

Et cet imprévu incroyable est arrivé…

After the Walls (UTOPIA) aura donc pour suite visible l’analyse des faits extraordinaires qui ont menés à l’accomplissement de ce processus; un récit épique qui aura pour nom Looking for DYSTOPIA.

Pour ce faire, Anne-Cécile Vandalem va confier les éléments de l’histoire à l’analyse de plusieurs spécialistes en leurs domaines afin qu’ils mettent à l’épreuve son hypothèse : l’incarnation de son sujet dans le réel et l’ accomplissement de la dystopie.

Le contenu de ce qui doit être étudié par les analystes est tenu secret. On sait seulement qu’il est le même pour tous et qu’il s’agit d’éléments relatifs au projet After The Walls : de la création de UTOPIA à la disparition de DYSTOPIA.

A la manière des Don Quichotte d’Orson Welles et de Terry Gilliam, de L’enfer de Clouzot ou du plus contemporain Virus de Lars Von Trier, Looking for DYSTOPIA replace l’artiste dans le contexte d’une impuissance face au devenir de sa création, face à l’indéniable autonomie de toute oeuvre et à l’impossibilité de prédire la façon dont celle-ci s’incarnera.

En s’appuyant sur le principe d’autofiction, l’artiste détourne les contingences attenantes au réel pour reconfigurer l’histoire d’une œuvre inachevée et démultiplier avec malice ses fins possibles.

Bernard Loizeau ayant désormais disparu dans les décombres du projet DYSTOPIA, tout concourt, à présent dans ce processus à faire d’Anne-Cécile le personnage principal de l’histoire. Une base semble jetée pour créer les premiers chapitres d’une mythologie individuelle.

Rappelons que ce processus arrive tout juste au terme de la Trilogie des parenthèses ayant pour vocation de circonscrire, en trois spectacles, la façon dont les individus recourent à la fiction pour transcender la réalité.

Un processus qui, si l’on voulait croire qu’il n’a pas été prémédité, s’achève dans un ultime rebondissement…

 

 

Conception et investigation : Anne-Cecile Vandalem – Das Fraulein (Kompanie)
Collaboration : Florence Minder, Christophe Engels, Mylene Lauzon, Sarah Seignobosc
Web Design : Christophe Engels
Musiques : Pierre Kissling
Analystes : Louise Marechal, Barbara Roman, Eric Therer, (en cours)
Remerciements : Catherine Makereel, Cedric Otte, Fabrice Taitsch, Brigitte Van Den Bossche, Jeremie Demasy, (en cours)


Ξ